Le Pouvoir Merveilleux de la Sodalite en Lithothérapie (2022)

sodalite

La sodalite fait partie de la famille des lapis-lazuli. Le lapis-lazuli est une combinaison de plusieurs minéraux. Il s’agit essentiellement de la lazurite, également classée dans la catégorie des ultramarins, parfois accompagnée d’autres minéraux similaires : la haüyne et la sodalite. La calcite et la pyrite entrent également dans sa composition. La pyrite, qui donne ses reflets dorés au lapis-lazuli, est extrêmement rarement présente dans la sodalite.

La sodalite est découverte dans des milieux rugueux insuffisamment riches en silice, nés de l’activité volcanique : dans des roches magmatiques comme la syénite ou dans les éjections des volcans lors des éruptions. Elle est en outre présente dans les météorites. Elle se trouve le plus souvent en grains séparés dans la roche ou en énormes agrégats, assez rarement sous forme de cristaux séparés.

Les couleurs de la sodalite

Les roches décoratives, les statuettes ainsi que les trésors taillés en cabochon ou facettés sont le plus souvent bleu clair à bleu nuit, généralement veinés de roche sédimentaire blanche donnant un aspect lugubre ou filamenteux. La sodalite peut également être blanche, rose, jaune, verte ou rouge, plus rarement incolore.

Les provenances de la Sodalite

La sodalite est découverte dans des carrières dans ces différentes nations et aussi régions :

  • Russie,
  • Afghanistan
  • Birmanie
  • IndePakistan
  • Canada
  • États-Unis
  • Brésil
  • Tasmanie
  • Australie

L’obscurité ou ténébrescence de la Sodalite

La sodalite possède une sensation inhabituelle de luminescence appelée ténébrescence ou photochromisme réversible. Cette particularité s’observe beaucoup plus dans une sélection rose appelée hackmanite, nommée d’après le minéralogiste finlandais Victor Hackmann. La hackmanite couvrante est rose pâle à la lumière normale mais devient rose intense à la lumière du soleil ou sous une lumière ultraviolette.

Placée dans l’obscurité, elle conserve exactement le même éclat pendant quelques instants ou quelques jours grâce au phénomène de phosphorescence. Puis, elle perd sa magnifique teinte comme une rose qui se décolore. Le processus est répété à chaque expérience sur le même échantillon.

La sensation inverse est observée avec la hackmanite du Mont Saint-Hilaire au Canada : son beau rose devient verdâtre sous la lumière UV. Certaines sodalites d’Inde ou de Birmanie se transforment en orange et prennent également des reflets violets lorsque les lumières s’éteignent.

Les atomes du minéral absorbent les rayons ultraviolets et les montrent ensuite de cette manière inhabituelle. Ce phénomène, quasiment merveilleux, est extrêmement aléatoire et peut être observé dans certaines sodalites, alors que d’autres, similaires et provenant du même endroit, ne le créeront certainement pas.

Autres pierres sodalites

La sodalite est parfois appelée “alomite” d’après Charles Allom, un grand propriétaire de carrière au début du 20ème siècle à Bancroft, Canada.
La ditroïte est une roche composée pour ne citer qu’elle de sodalite donc très riche en sodium. Elle doit son nom à son origine : Ditro en Roumanie.
La molybdosodalite est une sodalite italienne contenant de l’oxyde de molybdène (métal utilisé en métallurgie).
En 1811, Thomas Thomson, de la culture royale d’Edimbourg, a donné son nom à la sodalite et a également publié son article clinique :.

” Aucun minéral n’a réellement été localisé jusqu’à présent qui contienne beaucoup de soude comme celui qui fait l’objet de ce récit ; c’est donc que j’ai embrassé le nom par lequel je le désigne…”.

Le nom sodalite est donc composé de “soda” (“soude” en anglais) ainsi que de “lite” (de lithos, mot grec désignant la pierre ou le rocher). Le mot anglais soft drink est issu du même mot latin médiéval soda, lui-même issu de l’arabe surwad, désignant une plante dont les cendres étaient utilisées pour fabriquer des boissons gazeuses. Soft drink, boisson gazeuse, est un acronyme de “soda-water”.

La sodalite au cours du temps

La sodalite a été découverte et également définie au début du 19ème siècle. Mais cela ne signifie pas qu’elle n’était pas identifiée auparavant. Le lapis-lazuli de l’antiquité, utilisé en abondance par les Égyptiens et aussi d’autres mondes méditerranéens, provenait des mines de Badakshan en Afghanistan d’où la sodalite est encore extraite aujourd’hui.

On pourrait penser que la sodalite n’est pas particulièrement recherchée puisque les textes anciens ne le mentionnent pas. Pline l’Ancien décrit seulement deux roches bleues : d’une part, le saphir avec de petites zones dorées qui décrit absolument le lapis-lazuli avec ses incorporations de pyrite. D’autre part, le cyanus imitant le bleu sacré qui serait le saphir.

Cependant, les Romains connaissaient très probablement une variété de sodalite, mais elle n’est pas d’un bleu remarquable. Souvent grisâtre ou verte, elle peut parfois présenter une grande limpidité. C’est la sodalite du Vésuve. Il y a 17.000 ans, le volcan “mère” La Somma s’est effondré et a donné vie au Vésuve. La sodalite présente dans la lave retournée par le Vésuve est le résultat de cette formidable réorganisation.

L’éruption du Vésuve en 79 après J.-C. qui a caché Pompéi ainsi qu’Herculanum a été mortelle pour Pline l’Ancien. L’écrivain biologiste, cible de son intérêt constant, périt pour avoir approché le volcan de trop près et partagea ainsi le sort de centaines de victimes.

Au XIXe siècle, des sodalites granuleuses, identiques à celles du Vésuve, ont été découvertes sur les côtes du lac Albano, près de Rome. La colline qui entoure ce lac est absolument un ancien volcan. Taquin le Superbe, le dernier roi de Rome, fit en effet construire sur son sommet, vers 500 avant J.-C., un lieu saint consacré à Jupiter. J.-C. Il en reste encore quelques vestiges, mais la colline d’Albano garde aussi d’autres souvenirs : l’endroit est couvert de minéraux volcaniques.

Tite-Live, chroniqueur romain du premier siècle, rapporte un événement qui se serait certainement produit bien avant lui et qui semble évoquer la sodalite : “la terre s’ouvrit à cet endroit en formant un abîme affreux. Des rochers tombèrent du ciel sous forme de pluie, le lac inonda toute la campagne…”.

La sodalite dans les mondes précolombiens

En 2000 avant J.-C., l’être humain de Caral, au nord du Pérou, utilisait la sodalite dans ses rituels. Sur le site archéologique, on a retrouvé des offrandes composées de morceaux de sodalite, de quartz et de figurines d’argile non cuite.

Beaucoup plus tard (1er à 800 après J.-C.), la civilisation Mochica a laissé d’impressionnants bijoux précieux en or où la sodalite, le bleu-vert et aussi la chrysocolle composent de petites mosaïques. On peut voir, dans la galerie Larco de Lima, des boucles d’oreilles représentant des oiseaux guerriers sur un camée de bleus. D’autres sont rehaussées d’une alternance de petits lézards en or ainsi qu’en sodalite.

La sodalite au Moyen Âge et à la Renaissance

À partir du XIVe siècle, la lazurite commence à être extraite du lapis-lazuli et se transforme en pigment bleu outremer. La nuance bleue transparente de la sodalite n’est pas utilisable pour cet objectif. La sodalite reste extrêmement discrète actuellement.

La pierre sodalite du Canada

Il semble que le surnom de sodalite “Princesse Bleue” ait été donné en l’honneur d’un autre membre de la famille royale britannique de l’époque : la princesse Patricia, petite-fille de la reine Victoria, qui était particulièrement appréciée au Canada. À partir de ce moment, la sodalite bleue est devenue élégante, dans l’horlogerie par exemple, elle était couramment utilisée pour le cadran de montres extravagantes.

Les vertus de la sodalite en lithothérapie.

Entre les âges, le sodanum, très probablement extrait d’une plante, était un remède à base de soude utilisé contre les maux de tête. La lithothérapie retrouve cet effet bénéfique avec la sodalite. Elle aide à alléger les idées, apaise le stress et aussi les sentiments inutiles de culpabilité. En éliminant les chagrins, elle favorise la méditation et satisfait en cohérence notre recherche de l’idéal ainsi que notre soif de faits.

Les bienfaits de la Sodalite contre les troubles physiques.

  • Stimule le fonctionnement du cerveau.
  • Contrecarre la contamination électro-magnétique.
  • Bienfaits de la Sodalite sur l’esprit et le Relationnel.
  • Organise la logique de la pensée.
  • Favorise la concentration et la réflexion.
  • Régule l’équilibre endocrinien : action souhaitable sur la thyroïde, la fabrication de l’insuline…
  • Soulage les troubles gastro-intestinaux.
  • Augmente la vitalité.

Comment recharger la Sodalite ?

Qu’elle se présente sous la forme d’un collier, d’un brassard, d’une pierre roulée ou d’un bloc (exposé dans un espace), la Sodalite a besoin d’être purifiée et aussi redynamisée pour qu’elle puisse à nouveau vous apporter ses bienfaits.
Il ne fait aucun doute qu’au bout d’un certain temps, la pierre a perdu toute la puissance qu’elle avait et qu’elle a besoin de retrouver ses pouvoirs naturels.
Pour cela, il suffit de mettre votre minéral pendant quelques heures dans un récipient d’eau pure et aussi de le redynamiser au clair de lune pendant une soirée. Attention, c’est une pierre qui n’apprécie pas le soleil.
N’oubliez jamais de nettoyer et de charger une pierre lorsque vous venez de l’acquérir afin d’éliminer les vibrations antérieures.

Pour le rechargement, pas de soleil.

La lumière de la lune pour redonner de l’énergie à la sodalite ou la placer dans une géode d’améthyste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!